nous suivre sur Facebook
+ Le réveil d’un Ange, ETT by Castelbajac

10/11/2010 in Média, Reportages

Nous avions depuis le début de Concept Aventure vécu bien des péripéties, mais encore aucune n’avait à ce point ressemblé à un conte de fée.

Alors, écoutez-moi, je vais vous raconter l’histoire du Réveil magique d’un Ange, la re-naissance d’un proto de légende oublié.

Comme souvent dans les belles histoires, tout a commencé de façon anodine.

Vendredi 29 janvier 2010

Une petite annonce avec qq photos. Assez pour reconnaître une caisse compétition et pour déjà s’étonner.

échange range préparé contre quad …

Coups de fil, rendez-vous pris … Nous sentions tous qu’il y avait quelque chose de spécial. Une coque en guise signature, des couleurs atypiques qui ont aiguisé notre curiosité.

Nous  ne le savions que confusément mais la magie avait déjà opéré. L’annonce avait été publiée le vendredi matin, le rendez-vous était fixé le samedi, au début après-midi, mais je suis partie dès le matin bénissant la chance de me trouver en Rhônes-Alpes.

Samedi 30 janvier au petit matin

Trois heures de routes, magnifiques et déjà hors du temps. Le charme, on vous a dit …

Et là bas, là où la route fait mine de prendre fin, encore un dernier hameau, quelques maisons qui se serrent les unes contre les autres.

Il était là garé banalement sur la place du village, recouvert de cette neige qui l’avait surpris à lui aussi.

Avant toute chose, j’ai fait le tour, chaque centimètre que je découvrais, confirmait notre intuition première. Ce Range était bel et bien un proto issu des ateliers de cette belle maison qu’était ETT. Une caisse kevlar typique en guise de signature technique.

Je continue mon tour du propriétaire que je n’étais pas encore et à cette seconde le temps s’est arrêté, tout s’est figé autour de moi : point de stickage partenaire. Des personnages, des anges, une peinture qui aurait pu être, qui a été être attribuée à des mains infantiles. Mais c’était tellement plus que cela.


Un pop car. Il était à nous, il était pour nous. Respiration.

Ne rien laisser transparaître, continuer tranquillement et banalement l’inspection de ce range avec le vendeur.

Un moteur mythique : V8 avec compresseur Constantin


Un état exceptionnel : instrumentation, baquet, caisse, tout semblait n’attendre que nous.


L’Ange  nous attendait tel une danseuse dans sa boite à musique … Il sortait de sa torpeur, en douceur nous nos yeux émerveillés, sous les miens. Privilège  inestimable de vivre cela, d’être là, d’être celle qui …

Il était à moi, il était à nous. Je suis rentrée comme dans un rêve éveillé, le laissant avec peine.

Entre lundi et mardi, l’opération commando se lance dans l’urgence qui convient à ce Seigneur, toujours tranquillement garé sur cette place du village qui ne se doutait de rien.

Mardi 2 février en soirée

Stéphane est récupéré à la gare. Direct les Alpes de Haute-Provence. Retour vers ce coin béni où les routes font mine de s’arrêter, où les maisons des hameaux se serrent les unes contres les autres … -9°C.


La même étincelle, la même flamme que jusqu’à présent j’avais du mal à expliquer était née dans le regard de toutes les troupes. Le charme, on vous a dit.

Les mains luttent avec les sangles. Jamais voiture n’a été autant inspectée, surveillée, vérifiée, scrutée pendant un transport.


Arrivée mercredi à plus de 5h du matin.

Mercredi 3 février, journée de révision.

Après quelques de sommeil, nos regard se sont à nouveau portés vers l’Ange que nous avions ramenés avec nous. Il était bien là. Des heures à tourner autour et à le regarder encore et encore. Comme pour nous assurer que nous ne rêvions pas.

Non, je n’avais pas rêvé, le première fois. Il était bien cette perle doublement rare. Exceptionnellement conservé, comme au lendemain d’une révision, comme à la veille d’un départ de course, il nous offrait cette signature. Une caisse kevlar en guise de toile.


L’opération nettoyage a commencé avec toute la douceur due à l’Objet. Seul le temps et les futurs nettoyages nous permettront de totalement ôter la noirceur qui recouvre en partie cette sublime caisse et ses peintures. Seul les professionnels nous diront quoi faire de ces parties endommagées par l’ignorance. Même les plus belles photos ne traduisent pas l’indicible personnalité qui émane de cet Ange.

Le dégagement de la neige encore présente sur le toit finira de nous révéler l’étendue de la beauté des peinture originales de JC de Castelbajac. La magie, on vous dit.

Parce que parfois le quotidien fait lui aussi ses clins d’oeil. Grève des trains. Il faut donc qu’il roule … Simple non ?!

Donc l’inspection-révision s’est transformée en remise en route. On n’en était pas à un miracle près vous me direz.


Le travail se limitera à quelques injecteurs à déboucher, un complément de fluide au niveau de l’embrayage et du compresseur Constantin, et un branchement de pompe à essence à refaire. Et puis … c’est tout!


Premier tour de clef. Le félin ronronne, pédale de droite, il feule. La magie, on vous dit.

Premiers tours de roues. Le souffle du compresseur, le dos collé contre le baquet. Le trip qui décompte, comme s’il s’était arrêté la veille.

Un jour, un proto ETT signé par Castelbajac est allé contrôlé sa pression pneu au Feu Vert de Montélimar, puis est allé faire le plein à Carrefour …

merci.

Quelques heures plus tard, il avalait les kilomètres qui le séparaient encore de la région parisienne.

Notre Ange est maintenant quelque part en région parisienne.


La magie, on vous l’avait dit.

Et ce n’est pas fini …

Caro & Stef

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.